Délégationdu Morbihan

Il faut « frèrer »

Un rien provocateur, le père Hervé Perrot lance ce néologisme dans son intervention, lors de la table ronde du rassemblement breton organisé le 5 juin 2016 à Pontivy, à l’occasion du 70e anniversaire du Secours-Catholique.

Il faut « frèrer »

publié en juin 2016

Un amical rappel de sa part, car mieux que personne, le père Hervé Perrot sait qu’à la manière du bourgeois de la farce, nous « frèrons » sans le savoir.

Tout en ce jour de célébration d’une « fraternité en marche » a démontré que les Bretons savent « frèrer »

Car ils ont été « frères », les membres des quatre délégations bretonnes du Secours Catholique, avec des équipes qui depuis des mois ont uni leurs efforts, mutualisé leurs ressources pour préparer cet anniversaire.

« Frères », les marcheurs des quatre voies qui, accordant leurs pas à ceux d’un autre, ami ou inconnu, ont convergé vers le lieu du rassemblement.

« Frères », les porteurs de bannières qui en mêlant les noms et les couleurs ont réalisé une œuvre éphémère sans doute, mais si symbolique de notre unité.

« Frères » les enfants qui ont partagé leurs jeux, et qui, porteurs de lumière, ont chanté un « joyeux anniversaire » à la toujours jeune septuagénaire.

« Frères » dans leurs voix mêlées, les musiciens du groupe « À plus dans le bus » et les choristes entraînant l’assemblée.

« Frères » les quatre évêques de la région, dont Mgr Dornellas rappelait qu’ils sont « bergers », témoins de l’amour de ce Père qui nous a donné un Fils pour ami.

« Frère », madame Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique-Caritas France qui, nourrie des nombreuses rencontres de la journée, nous a délivré un touchant message d’espérance.

Vous avez dit « frèrer », père Perrot ? C’est bien de cela qu’il s’est agi ce 5 juin, dans la continuité de l’œuvre initiée par Mgr Rodhain. C’est ce que nous ont montré les groupes qui ont animé la journée, les « clowns » facétieux, les participants à ce journal qui n’avait rien d’imaginaire et nous a dit beaucoup de notre quotidien, les acteurs de la parole biblique et cette grande foule arc-en-ciel unie dans une bien réelle fraternité.

Nous avons « frèré » et nous « frèrerons » encore, soyez-en convaincu. Nous conjuguerons ce nouveau verbe à tous les modes de nos rencontres et aux quatre temps d’un avenir de « Breizh ».

Imprimer cette page

Portfolio