Délégationdu Morbihan

Crise sanitaire

Subvenir aux besoins des familles démunies

Face à la décision de confinement prise par les autorités et la fermeture plus ou moins totale des services d’aide dont bénéficient les plus démunis, sont apparues les premières craintes et frustrations. Celles des bénévoles de ne plus subvenir à leurs besoins élémentaires et celles de certaines familles en rupture totale de nourriture.

Un sourire pour se saluer

Le 2 avril 2020, Sylvie, bénévole de l’équipe de Monterblanc s’y est trouvé confrontée lorsqu’une maman lui confiait au téléphone : « Ce matin, je n’avais rien à donner aux enfants.  ! » C’est le même message reçue il y deux jours d’une femme isolée, mère de trois enfants que Jacqueline a reçu à Saint-Jean-Brévelay : « En attendant les allocations, je n’ai plus rien ! » Mais les allocations arrivent dans une semaine.

Ces bénévoles engagées dans deux épiceries solidaires, ont été convaincues qu’elles avaient la possibilité d’apporter une réponse à ces besoins de première nécessité, tout en respectant les consignes de sécurité en vigueur. Dans ces deux épiceries, l’approvisionnement vient des stocks constitués avant le confinement. Les produits sont essentiellement des produits secs.

Une nouvelle organisation s’est mise en place. À Saint-Jean-Brévelay, l’équipe prépare des colis, mais avec la moitié de ce que recevaient précédemment les familles. À Monterblanc, l’équipe les compose en fonction des besoins des familles contactées par téléphone et des disponibilités du stock.

Un planning très strict est établi pour la distribution des colis préparés par les bénévoles et étiquetés par famille. Une seule personne est présente sur le lieu de l’épicerie pour retirer son approvisionnement. À Saint-Jean-Brévelay, dix familles ont pu, tour à tour, prendre leur colis, placé, le beau temps aidant, sur la table de granit devant le local. Les bénévoles, équipés de leur masque et gantés, veillent à la bonne marche de l’opération.

À Monterblanc, la première distribution a eu lieu le 26 mars. Vingt quatre familles ont bénéficié de l’aide, dont certaines bénéficiaires de l’épicerie de Vannes. Devant le manque de produits frais, Sylvie et ses coéquipières ont sollicité via la mairie, des producteurs locaux pour améliorer les colis. Un maraîcher a répondu favorablement à l’appel et, cette semaine, les colis seront enrichis de légumes frais.

Interrogées sur leur action, Sylvie et Jacqueline partagent le même sentiment, celui d’être utiles et en accord avec ce qui fait le fond de leur engagement : se mettre, sans condition, au service des plus précaires. L’une et l’autre, comme leurs amies, sont mobilisées, comme jamais. Elles sont encouragées par la reconnaissance dont témoignent les personnes qu’elles soutiennent au delà de la nécessaire aide alimentaire : « Merci d’être là ! », a dit tout simplement une maman à Sylvie.

Les services de la délégation prévoient d’autres aides là où, en partenariat avec les CCAS et les services sociaux, les bénévoles des équipes locales seront sollicités. Une opération chèques-service d’envergure nationale, viendra en aide aux plus précaires. Jacqueline espère que la maman en grande difficulté qui l’a contactée pourra très tôt en bénéficier.

Dans notre délégation du Morbihan, d’autres initiatives sont déjà en place pour garder le contact avec les personnes fragiles.

Pour tout contact, un numéro : 06 78 04 69 86

Pour poursuivre notre mission auprès des plus fragiles, nous avons besoin de votre solidarité : https://bit.ly/doncorona.

Imprimer cette page

Portfolio