Délégationdu Morbihan

Équipe de Lorient

Table ouverte à L’Étoile de Merville

Depuis quelques mois le Secours Catholique de Lorient a ouvert un nouveau lieu, « L’Étoile de Merville, café convivial », et y propose un accueil différent.

L'Étoile de Merville

publié en mai 2015

Il n’y a pas d’erreur, c’est bien un café que l’équipe de Lorient a ouvert, café qui se transforme en « table ouverte » tous les deux mois. Hasard de l’histoire, le lieu retrouve sa destination première, dont témoigne l’imposant bar qui occupe une grande partie de l’espace et qui durant plusieurs années avait perdu son utilité.

Accompagnés par la délégation du Secours Catholique du Morbihan, les bénévoles de l’équipe de Lorient ont fait le choix de donner à ce lieu une autre vie en l’ouvrant plus largement et plus fréquemment. L’Étoile de Merville est un complément de la permanence voisine et permet, trois jours par semaine, de créer davantage de liens entre les personnes. Dans la convivialité, habitués et consommateurs de passage peuvent y faire une halte et se rencontrer autour d’une boisson et d’un jeu de société. Les bénévoles sont là pour l’accueil, l’écoute et le partage.

Philippe, qui fume sa cigarette assis devant L’Étoile de Merville, fréquente le lieu en voisin : « J’aime bien y venir, j’y retrouve mes amis. » Pour Frédérique, « le café a favorisé l’ouverture. C’est plus familial. De nouveaux bénévoles sont arrivés qui n’hésitent pas à apporter un dessert à partager. »

André, responsable de l’équipe, parle du café avec passion : « Quand j’y entre, je me sens envahi par quelque chose de plus puissant que moi. Je sens que c’est moi qui vais recevoir. Je n’en prends pas conscience immédiatement, mais découvre les richesses que j’y trouve le soir quand je relis ma journée. »

Table ouverte et parole partagée

Ce 26 mars, L’Étoile de Merville ouvre sa table le midi. Tôt le matin, Claude installe les tables qui accueilleront les trente participants à cette cinquième table ouverte. Arnaud coordonne l’activité. Tout est prévu. Chacun sait ce qu’il doit faire. Les rôles ont été distribués en réunion il y a deux semaines. Martine, nouvelle bénévole au café, a connu le Secours Catholique en tant que bénéficiaire et prépare aujourd’hui les crudités et les toasts.

Au fur et à mesure, bénévoles, accueillis et invités arrivent. Danielle apporte la tartiflette. L’odeur de poisson embaume bientôt l’atmosphère. Jean-Francis installe son clavier et crée une ambiance chaleureuse.

À midi chacun prend place. Celle « d’honneur » revient au père Antoine, diacre à Ploemeur. Les échanges aux tables témoignent du plaisir que chacun éprouve à être là. C’est le sentiment de faire partie d’une famille qui prévaut. On se découvre, des liens se créent. Les mets sont succulents. On apprécie la fraîcheur et la saveur du poisson en papillote (proximité du port de pêche oblige).

Après le plat principal on marque une pause. Chaque convive reçoit un texte biblique qui est lu et sur lequel on échange. Ce midi, il s’agit du « Lavement des pieds », qui oriente la conversation sur le service de l’autre, le sens du partage, la capacité de donner et de recevoir. La parole est libre, l’attention est soutenue. C’est un moment fort où l’on sent que véritablement chacun ici trouve sa place. Au dessert, Jean-Francis accompagne la dégustation de la glace aux fruits rouges d’un léger fond musical. Le repas se termine par la vaisselle et le rangement, tâches auxquelles tout le monde prend part.

Guillaume, élève de l’ICAM [1] de Vannes et stagiaire au Secours Catholique, a participé à ce repas et témoigne : « Durant ce repas, j’ai eu la chance de voir, d’écouter et de parler avec beaucoup de gens. Peintres, enseignants, bénévoles et invités, accueillis et accueillants, chacun a son histoire, chacun a ses problèmes et pourtant tous sont égaux. Serviteurs et servis ou servis et serviteurs, il n’y a pas de différence. C’est “chacun son tour”. Étant invité, j’ai donné un coup de main pour servir les plats. En retour, à ma grande surprise, j’ai été plus que généreusement servi. Ce repas fut pour moi une découverte très enrichissante. »

[1] Institut catholique d’arts et métiers.

Imprimer cette page

Portfolio