Délégationdu Morbihan

Équipe de Questembert

Un après-midi au « café-sourire »

Le mardi après-midi, l’équipe Secours Catholique de Questembert ouvre la salle paroissiale pour un « café-sourire » où se retrouvent des personnes désireuses de rompre leur solitude et de vivre un vrai moment de partage et de convivialité.

Le « café-sourire » de Questembert, un rendez-vous hebdomadaire chaleureux.

publié en novembre 2017

14 h 30, les habitués du « café-sourire » sont à l’heure pour ce rendez-vous hebdomadaire qu’ils attendent et préparent, puisque plusieurs y viennent munis des gâteaux qu’ils ont confectionnés. Une dizaine de personnes investissent la salle paroissiale de Questembert, dans une dépendance du presbytère. Une dame seule, un dossier à la main, attend les bénévoles avec qui elle a pris rendez-vous pour leur exposer sa situation et envisager avec eux une solution. Clara [1], 7 mois, et sa maman, accompagnées d’une voisine, entrent dans la salle et s’assoient à une table pendant que se fait la mise en place de l’accueil. Elles ne se mêleront pas aux autres. Les deux dames doivent, elles aussi, rencontrer les bénévoles dans le bureau situé à l’étage, la seule pièce dédiée à l’équipe du Secours Catholique. La maman de Clara reconnaît qu’elle aimerait ne jamais être dans l’obligation de venir à la permanence, mais que sa situation l’y oblige. « Quand il n’y a plus rien à manger, il le faut bien ! », dit-elle avec simplicité. Et elle évoque ses deux autres enfants dont l’aîné vient d’entrer en sixième au collège voisin. Une part de gâteau, proposée par Irène, rendra l’attente moins longue.

À côté, après le brouhaha de la mise en place, c’est le temps des jeux. Marie-Annick et Annick jouent au SkipBo ; c’est leur jeu préféré. D’autres ont choisi le Triominos. Françoise tricote un petit carré de laine qui sera assemblé à d’autres pour former une couverture. « C’est le plaisir de se retrouver, de briser l’isolement qui nous fait venir », dit Marie-Annick approuvée par ses amies. Aujourd’hui Annick a apporté une cagette de noix : « J’ai aussi ajouté des recettes, celles de gâteau aux noix et du crumble aux pommes et aux noix. On aimerait, continue-t-elle, pouvoir faire de la cuisine, pour nous et pour les autres. Un jour une maman de quatre enfants nous a dit qu’elle ne savait pas. On aimerait lui apprendre. » Hasard, ou plutôt respect de l’engagement fait de leur rendre visite, la jeune maman et son ami rejoignent le groupe et après de cordiales embrassades, partagent gâteau et café, et une conversation animée.

Développer une culture commune

Pour Madeleine, bénévole qui a choisi de privilégier le « café-sourire », et de laisser la permanence « accueil-écoute » et l’éventuelle constitution de dossiers de demande d’aide, c’est un après-midi un peu spécial. Quatre bénévoles de Malestroit sont venus se renseigner sur le fonctionnement de l’équipe. Les questions sont nombreuses et précises. Madeleine et Monique, qui l’accompagne, saisissent l’occasion pour présenter l’ensemble de l’action de l’équipe, ainsi que son organisation. Leurs réponses rassurent les visiteuses. L’équipe de Questembert a un long passé d’accueil et a su, lorsqu’il le fallait, en améliorer les conditions. L’ouverture du café-sourire a permis à la fois de donner des responsabilités aux participants et d’accueillir plus dignement les personnes sollicitant un entretien. Madeleine relève l’engagement de l’équipe dans la participation aux formations proposées par la délégation du Secours Catholique du Morbihan. Des temps de réflexion et d’enrichissement nécessaires pour se donner une culture et des repères communs que renforcent les réunions mensuelles. Celles-ci rassemblent l’ensemble des bénévoles soit une vingtaine de personnes. Marie, l’animatrice du territoire y participe. Après le temps spirituel préparé par Sœur Jeanine, Catherine présente les situations de précarité rencontrées, sur lesquelles chacun peut apporter son éclairage. C’est le lieu où s’envisagent et s’organisent les actions institutionnelles : la collecte nationale du Secours Catholique, l’opération 10 Millions d’étoiles pendant laquelle les bénévoles présenteront dans treize écoles le projet retenu. En 2016 l’équipe a soutenu le forage d’un puits au Sénégal. On y définit les plannings des permanences et on partage aussi les informations et le calendrier.

Agir avec les partenaires

Au mois d’octobre 2017 une rencontre a été organisée avec la responsable des services sociaux et les partenaires associatifs locaux, la Croix-Rouge et les Restos du cœur. Elle a été suivie d’une autre réunion plus technique avec les assistantes sociales du secteur. En point de mire, la nécessité de progresser dans une collaboration déjà effective. En témoignent les trois entretiens qu’auront eus Brigitte et son binôme. Pour chacune des situations, les personnes rencontrées avaient été orientées par l’assistante sociale de secteur, après le constat de l’insuffisance de leurs moyens et de solutions institutionnelles adaptées. Les trois entretiens révèlent des difficultés bien réelles où l’imprévu ajoute encore à la précarité des personnes, telle cette maman élevant seule quatre enfants et qui ne peut fournir à son grand fils de 17 ans l’onéreuse mallette d’outils dont il a besoin pour commencer une formation professionnelle. Après le temps d’une écoute attentive, les deux bénévoles ont pris les décisions qui leur ont semblé justes et nécessaires. La situation de cette famille monoparentale fera l’objet d’un dossier de demande d’aide transmis à la commission de Vannes.

Madeleine disait aux bénévoles de Malestroit : « Nous avons fait ensemble la formation “accueil-écoute” proposée par le service de la délégation. » La rencontre avec l’équipe dans son activité a permis de constater que tous en ont tiré profit.

[1] Le prénom a été modifié.

Imprimer cette page

Portfolio