Délégationdu Morbihan

Un projet phare

La troupe de clowns

Un projet phare

publié en avril 2016

François est responsable de la formation à la délégation Secours Catholique du Morbihan. Il fait également partie de la commission microcrédit. C’est forcément un homme sérieux… Mettez-lui un nez rouge et vous verrez l’homme se transformer ! Ou plutôt, c’est une autre part de lui qui se révèle. Et cette part, il sait la communiquer.

Pour tous les participants morbihannais du voyage Cap Fraternité à Lourdes, en avril 2015, François est devenu le clown, chef d’un quatuor né au début du périple et qui s’est affirmé au fil des jours. Les mousquetaires du rire ont assuré un lien entre les différentes activités proposées à la cité Saint-Pierre et par leur humour, ils ont installé un climat bon enfant, de l’invitation à l’apéritif d’accueil et jusqu’à l’envol final.

Toutes les bonnes choses ont une fin, a-t-on coutume de dire, mais si elles se prolongeaient, le plaisir en serait plus grand. C’est ce qui est en passe d’advenir pour la troupe de clowns, qui reprend du service. Mieux encore, elle s’étoffe et animera la journée du 70e anniversaire du Secours Catholique, à Pontivy.

François et Jacqueline, autre cheville ouvrière du groupe, ont proposé au comité d’animation du 70e anniversaire de faire le lien entre les différents temps de la journée du 5 juin 2016. La proposition acceptée, ils ont réfléchi à la composition de la troupe et la décision a été prise d’y inclure des « artistes » des autres départements. Neuf joyeux drilles composent la troupe aujourd’hui. Autour de Ludovic Raullin, délégué du Secours Catholique pour le Finistère et responsable du pôle animation, ils se sont retrouvés les 18 et 19 février au centre spirituel Ti Mamm Doué, à Cléguérec. François, Jacqueline, Patrick et Déborah ont adoubé Josiane et Amédée du Morbihan, Chantal et Nathalie du Finistère et Philippe des Côtes-d’Armor.

« On n’a pas arrêté de se marrer ! » raconte François. Si l’un des objectifs du séjour était de préparer le temps d’accueil des participants non marcheurs à Pontivy, c’est surtout un temps de partage fraternel que le groupe a vécu. La première journée a permis, au fil des jeux, de lever les inhibitions et le soir, François a pu dire à tous : « Je suis vachement content de nous, on fait une vraie troupe de clowns ! » Un résultat qui n’était pas gagné d’avance, chaque participant arrivant avec ses difficultés et pour certains, un parcours de vie parfois chaotique. Autour des quatre de Lourdes, qui ont fait office de catalyseurs, les cinq nouveaux ont pu se soustraire à leur quotidien et sans doute répondre à des besoins de vivre quelque chose d’inhabituel et de se retrouver.

François est convaincu qu’ils sont allés au-delà de ce qu’il imaginait : « Avec Jacqueline, nous avons le sentiment d’avoir fait œuvre utile et ces deux jours ont été pour nous gratifiants. » Et il redit avec émotion : « Très vite on est passé de gens qui ne se connaissaient pas à un véritable groupe fraternel. Cela tient du miracle, une petite Pentecôte avant l’heure. » Ses yeux brillent quand il raconte comment Philippe a reçu de son papa, ancien clown professionnel, l’autorisation d’utiliser son nom de scène, comment Josiane le « harcèle » gentiment de ses appels téléphoniques, comment Déborah se désolait de n’avoir pas un nez rouge, nez qu’elle a pourtant fort joli, précise-t-il. « Je crois, conclut-il, que les participants de ce groupe ne sont pas près de se quitter et que les liens tissés resteront. »

Dans l’immédiat le prochain rendez-vous est fixé au 21 avril, jour où la troupe doit préparer la clôture des préparatifs du 70e anniversaire.

Imprimer cette page

Portfolio